Centre de ressources pédagogiques (CRP)

Le Centre est situé dans le Parc d'activités de Wavre Nord.




Abonnez-vous à notre e-newsletter



Les TIC en Région wallonne


Les TICE en France

Les Nouvelles

Un roman sur la Monarchie Belge


L'auteur de cet ouvrage est tout sauf un plaisentin, car il s'agit de Joan Condijts qui est le rédacteur-en-chef du principal quotidien économique belge L’Écho. Il a été journaliste pour Le Monde en 1997 puis au journal Le Soir. "L’homme qui ne voulait plus être roi" est son premier roman.



Par un matin d'été, le roi des Belges quitte sa reine et son palais.....

Un roman sur la Monarchie Belge
Dressons le cadre de ce roman: Par un matin d’été, le roi des Belges quitte sa reine et son palais. Il fuit sur sa moto… ce trône qui le fatigue, cette femme qui le déçoit, cette vie royale et insensée. Une crise personnelle qui va engendrer une crise d’État. Le roi a disparu, il faut le retrouver. Le gouvernement se mobilise. Les indépendantistes du Nord s’organisent. Pendant que le Premier ministre cherche son roi fugueur, le chef de l’opposition flamande fomente un coup d’État pour libérer la Flandre du « joug » belge. Le roi fonce sur sa bécane. Direction le Grand-Duché de Luxembourg. Mais sa course folle sera stoppée par une panne sèche... Perdu sur une aire d’autoroute, moqué par une maréchaussée qui ne le reconnaît pas, le monarque est embarqué par une dépanneuse à la rousseur enivrante. Il l’accompagne à travers les vallées ardennaises, dans une quête d’essence… Au sommet de l’État, la recherche du roi exhume des dossiers que la malveillance avait condamnés à l’oubli. Des secrets aussi, ignorés même du Premier ministre. Tandis que les indépendantistes manoeuvrent pour briser cette Belgique romantique. De cette nuée souvent loufoque émergeront un chasseur de pigeons ou une bouffeuse de Chinois neurasthénique, des personnages baroques, des sentiments lumineux mais surtout un roi qui honorera enfin le seul rendez-vous qui vaille : le rendez-vous avec soi-même.

Rappelons au lecteur qu'il s'agit bien d'un roman qui fait appel à une réalité bien connue en Belgique.

L'analyse de l'économiste Étienne de Callataÿ

C'est ouvrage est sans doute une façon originale d'aborder la monarchie, mais plus fondamentalement amener une réflexion critique sur la société de communication, sur le monde politique Belgique ainsi que sur l'estime de soi.

Notons à ce propos l'analyse de l'économiste Étienne de Callataÿ "L’homme qui ne voulait plus être roi" n’est pas un exercice de politique-fiction. Il s’agit d’un roman qui est d’abord drôle et pétillant. Joan Condijts n’hésite pas devant une truculence qui associe Toine Culot et les fables de Pitje Schramouille, pas plus qu’il n’est avare en allusions à peine voilées aux acteurs de la rue de la Loi.

C’est aussi un roman très habilement construit, en développements parallèles, où les histoires des gens ordinaires s’entremêlent avec celles de ces autres gens ordinaires que sont nos représentants politiques. Car si les autorités n’y gagnent pas en intelligence, elles apparaissent simplement plus humaines, ce qui, incidemment, rappelle l’importance de l’intelligence émotionnelle pour gagner l’après-élection.

Car, comme dans tout bon roman, il y a bien plus que ce qui est écrit. Ainsi en va-t-il d’interrogations sur la fuite, qui est un mauvais départ, ou sur les affres d’une vie préprogrammée. On naît roi plus qu’on est roi. Et ce qui est vrai du roi l’est aussi quand joue le conditionnement social ou quand le talent individuel dans un domaine donné ne peut pas ne pas être exploité, au prix du libre choix de sa destinée. " extrait de "
L'homme qui ne voulait plus être roi"Où toute ressemblance est volontaire…, Étienne de Callatay, http://www.lecho.be, 4/10/2014

L'homme qui ne voulait plus être roi, de Joan Gondijts est paru à Genèse Editions

Bruno Duboisdenghien

Les nouvelles


Nos activités en vidéo



Les TICE au Québec

Partager ce site